Img 20230301 Wa0014[1]

La rançon de l’impossible

L’étudiant en Droit de la Faculté de Droit et des sciences économiques de Port-au-Prince, Whenchel Jeanty, été enlevé à Port-au-Prince, le dimanche 26 février 2023, alors qu’il tentait de rallier Carrefour à Delmas.

Séquestré depuis lors, par l’un des groupes armés qui multiplient les cas de kidnapping dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, les ravisseurs ont exigé une somme de 200 000 dollars américains, en échange de la libération de l’étudiant, selon une source proche de la famille.

Une vie de précarité

La famille de Whenchel Jeanty ne pourra jamais parvenir à collecter cette somme, regrettent ses camarades qui ont partagé avec lui, les journées faites de faim, de soif, de manquements, de besoins et d’incertitude devenus monnaies courantes à l’Université d’État d’Haïti.

Lors d’une conférence de presse le lundi 28 février 2023, des camarades de Whenchel Jeanty ont étalé la misérable vie de l’étudiant qui se bat quotidiennement pour trouver le chemin de la réussite à travers l’éducation tant banalisée et piétinée dans la société.

Selon eux, Whenchel Jeanty habitait à Carrefour lors de son admission à l’Université d’État d’Haïti en 2020.
Cependant, à cause du pourrissement de la situation sécuritaire à la 3e circonscription de Port-au-Prince, le jeune étudiant a été contraint de déménager et rejoindre un oncle qui habite à Delmas 40 A, afin de pouvoir poursuivre ses études.

Là encore, la violence armée qui oppose fort souvent les jeunes des quartiers populaires de Port-au-Prince, le contraint à passer des nuits à dormir dans l’espace de la Faculté en compagnie d’autres étudiants qui fuient la guerre dans leurs quartiers respectifs.

Tenaillé par le besoin, Whenchel Jeanty, se rendait à Carrefour auprès de deux de ses frères, juste pour trouver de quoi tenir de l’atmosphère de misère de la Faculté de Droit, là où, contre son gré, il est logé avec d’autres jeunes qui croient encore que l’éducation est la clé de l’avenir.

Qui paiera ?

Au Lycée Louis Joseph Janvier de Carrefour où Whenchel Jeanty a terminé ses études classiques, les anciens camarades de classe de la victime savent une seule chose : La famille de Whenchel Jeanty ne pourra pas payer la rançon exigée par les ravisseurs.

L’image des 3 frères Jeanty qui ont quitté la commune de Miragoâne pour continuer et achever leurs études classiques au Lycée Louis Joseph Janvier de Carrefour, dit long sur la situation de précarité de ces jeunes en quête d’avenir.

Aujourd’hui encore, Whenchel Jeanty et ses deux frères sont tous étudiants à l’Université d’État d’Haïti et survivent grâce à la sueur de leur père, un cultivateur qui vit au rythme de la pluie et de la sècheresse à Miragoâne.

Samuel Celiné