Sanctions canadiennes: Droits Humains Sans Frontières dit y avoir décelé des failles

La fondation Droits Humains Sans Frontières a présenté, par visio-conférence le vendredi 24 février 2023, le rapport de son enquête portant sur les sanctions prises par le Canada contre des personnalités de la politique et de l’économie en Haïti pour avoir entretenu des liens avec les gangs armés qui terrorisent les citoyens haïtiens.

Cette enquête menée en Haïti au cours du mois de janvier 2023, a permis à André Grimblatt, responsable au sein de la DHSF de conclure que les sanctions canadiennes ont été prises plutôt sur une base politique.

André Grimblatt avance que le gouvernement canadien n’est pas habilité à prendre des restrictions économiques sans tenir compte des rapports qu’il détient avec la Grande Bretagne qui, seul est habilitée à décidé ainsi.

La fondation note aussi que le Canada a utilisé des lois postérieures aux faits reprochés à ces personnalités pour les sanctionner à côté du fait qu’aucune Cour légalement compétente, n’avait condamné les personnes qui ont été sanctionnées.

Parlant de violation des droits humains dans le traitement des dossiers, André Grimblatt, croit nécessaire que le Canada revienne sur les sanctions prises.

Pour parvenir à cette fin, André Grimblatt annonce la tenue, en mars prochain, d’une rencontre avec le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits Humains, Volker Türk, qui a reçu en début de semaine, le rapport de la fondation.

Dans le cadre de la lutte contre le grand banditisme en Haïti, le Canada avait annoncé, à la fin de l’année 2022, une série de sanctions contre des gens suspectés d’avoir financé les groupes criminels qui opèrent sur le terrain.

À date, pas moins de 17 personnalités sont frappées par ces sanctions dénoncées par la Fondation DHSF.

Samuel Celiné