Avec un bilan de sang, Ariel Henry annonce l’augmentation des prix du carburant

Avec un bilan de sang, Ariel Henry annonce l’augmentation des prix du carburant

Le Premier ministre Ariel Henry, dans un “ message à la nation” en date du mercredi 20 juillet 2022 a admis n’avoir aucun bilan à présenter à la Nation haïtienne après 1 année passée à diriger le pays.

Le chef de l’exécutif monocéphale a annoncé avoir “ laisser le soin à d’autres” de faire ce bilan. Une attitude bien compréhensible puisque le Premier ministre dit avoir promis de “ parler vrai”. Donc, au lieu de mentir, mieux vaut feindre de ne pas vouloir dire la vérité.

Une fois l’ambarassante question du bilan esquivée, le chef de l’exécutif monocéphale se rabat sur “ la mission principale” de son gouvernement qui est de créer les conditions pour la réalisation des élections dans le pays.

L’article 149 de la Constitution haïtienne prévoit que, dans pareilles circonstances, le Premier ministre jouant à la fois le rôle de chef du gouvernement et de chef de l’État, devrait organiser ces élections dans une période ne dépassant pas 120 jours en vue du renouvellement du personnel politique du pays.

Si Ariel Henry, parvient à égrainer jusqu’à 12 mois à la tête de l’État haïtien sans transferer le pouvoir à des élus, c’est que “les problèmes essentiels” comme l’insécurité, la corruption, le consensus autour de la réforme constitutionnelle et la mise en place de l’appareil électoral ne sont pas résolus.

Fort de ce constat d’échec, le Premier ministre jette la patate chaude aux recalcitrants qui n’entendent pas prioriser le dialogue pour sortir le pays de la crise.

Sans bilan et stagnant dans sa mission, le Premier ministre Ariel Henry, est loin de jeter l’éponge et projette d’avancer sur un terrain beaucoup plus facile et bénéfique pour lui et ses alliés: l’augmentation du prix du carburant sur le marché local.

Après la vertigineuse hausse des prix de décembre 2021, le chef du gouvernement annonce son intention de revoir à la hausse une nouvelle fois, les prix à la pompe.

Pour ce faire, Ariel Henry tente de flatter le bas instinct du peuple haïtien qui, selon lui, avait fait « preuve d’intelligence et de maturité” lors de l’augmentation du mois de décembre.

Selon Ariel Henry, seule la non subvention par l’État, des produits pétroliers, peut aider le pays à continuer à importer le carburant et à le rendre disponible en quantité sur le marché local.