Crise en Haïti : l’ONU tourne autour du pot

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies n’a pas su prendre une décision arrêtée sur le dossier d’Haïti, lors de la réunion du lundi 17 octobre 2022 qui visait à discuter de la possibilité d’envoyer une force internationale en Haïti pour aider le pays à sortir de la crise humanitaire et sécuritaire.

Pour cause, cette option n’a pas fait l’unanimité au sein des dirigeants du monde.

Ce, malgré l’insistance du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres qui rappelait devant la presse: « La situation est absolument dramatique en Haïti. Le port est bloqué par les gangs qui ne laissent pas sortir le carburant. Sans carburant, il n’y a pas d’eau. Et il y a le choléra, dont le traitement nécessite une bonne hydratation ».

« C’est une situation absolument cauchemardesque pour la population de Haïti », a ajouté le Secrétaire général de l’ONU, répétant son appel à envoyer une force armée internationale pour libérer le terminal pétrolier de Varreux, le plus important du pays, bloqué par des gangs depuis mi-septembre.

L’Ambassadeur américain aussi, Linda Thomas Greenfield a aussi soutenu l’idée d’envoyer une force internationale en Haïti en insistant sur la nécessité pour l’ONU de travailler ensemble pour aider à la restauration de la paix et de la sécurité en Haïti.

Dans le doute, le représentant de la Fédération de Russie a souligné que la crise humanitaire qui sévit dans le pays doit pousser les acteurs politiques à mettre de côté leurs différences pour trouver une solution.

Samuel Celiné