Et on finit par " bare" Michel Martelly en France

Et on finit par  » bare » Michel Martelly en France

Nouvelle interdiction pour l’ancien président Michel Martelly et sa bande “Sweet Micky”.

Après le Canada en Mars 2019 et les États-Unis le 21 mai 2022, c’est au  tour de la Mairie de Sarcelles en France d’interdire, en ce début de mois de juin, la performance du groupe “ sweet Micky” emmené par l’ancien président Michel Martelly sur son territoire.

En effet, la marie de Sarcelles, ville où Joseph Michel Martelly était attendu le 10 juin prochain, vient d’interdire la prestation du chanteur et de son groupe à la salle Venise sur la route Groslay à Sarcelles.

Comme ils l’avaient fait remarquer au Canada et aux États-Unis, les membres de la communauté haïtienne, qui ont lancé une pétition contre la prestation de Michel Martelly en France, ont évoqué le fait que Michel Joseph Martelly s’amuse à «  cacher derrière la liberté artistique pour véhiculer des messages haineux, injurieux et misogynes, allant jusqu’à l’apologie des viols et d’agressions sexuelles contre les femmes ».

Devant les émotions des haïtiens et les risques de dérapages,  le maire de Sarcelle, Patrick Haddad, confie avoir rencontré les autorités préfectorales et l’organisatrice du spectacle.

Puisque cette dernière a démontré son incapacité à assurer la sécurité de cet évènement présentant un fort risque de troubles à l’ordre public, le maire a tout bonnement décidé, à travers un arrêté, d’interdire ce spectacle à Sarcelles.

Depuis quelque temps, l’ancien président et maitre à penser du groupe «  Sweet Micky » est chassé comme la peste par la communauté haïtienne de la diaspora qui s’oppose en série aux prestations de Michel Martelly dans leurs communautés respectives.

Outre les propos jugés malsains du chanteur lorsqu’il est sur scène, les membres de la diaspora haïtienne accusent Michel Martelly d’avoir participé à la dilapidation des 4 milliards de dollars du fond pétroCaribe et renforcé les gangs armés dans le pays pendant sa présidence de 2011 à 2016.

Ainsi, celui qui chante «  Nou pa ka bare m », (on ne peut m’empêcher d’avancer) en français, marche de mésaventures en mésaventures. Déjà, on note l’annulation de sa prestation au Canada  en Mars 2019, son interdiction de performer dans le « Best Haïti Music Fest » à Miami le 21 mai 2022 et ce refus de la France de le recevoir le 10 juin 2022.