Insécurité en Haïti : l’ONU compte les victimes au lieu d’agir

Insécurité en Haïti : l’ONU compte les victimes au lieu d’agir

Dans un rapport publié le samedi 16 juillet 2022 l’Agence des Nations Unies des Droits de l’Homme a présenté un bilan plutôt accablant sur la situation des droits humains en Haïti, marquée généralement par la guerre des gangs armés et le kidnapping.

Ce bilan qui s’étend de janvier à juin 2022, fait état de 934 meurtres, 684 blessés et 680 cas de kidnapping à travers le pays.

Un premier trimestre bien sanglant. Cependant, le deuxième trimestre ne sera pas du reste avec la guerre éclatée entre les coalitions de gangs G9 et GPEP à Cité Soleil.

Selon l’ONU, cette guerre déclenchée depuis le 7 juillet dernier a déjà fait 234 morts et blessés dans le plus grand bidonville du pays.

Les violences imposées par ces deux groupes de gangs, ont déjà contraint des milliers d’habitants, notamment des femmes et des enfants, à fuir leurs maisons à Cité Soleil, souligne les Nations Unies, réduites à constater les dégâts aujourd’hui après avoir pris, en 2020, position en faveur de la fédération des gangs armés dans le pays.

Comme pour se justifier, ce rapport qui traduit un véritable échec du BINUH en Haïti, vient quelques heures après la décision de l’Organisation des Nations Unies, de renouveler, pour une année supplémentaire, le mandat de ce bureau très controversé en Haïti.