La Cour d’Appel enfonce le couteau dans la plaie de Robinson Pierre Louis

La Cour d’Appel enfonce le couteau dans la plaie de Robinson Pierre Louis

« Non, Me Robinson Pierre Louis n’a pas été libéré par la Cour d’Appel de Port-au-Prince ». C’est ce qu’a confirmé la Bâtonnière de l’Ordre des Avocats du Barreau de Port-au-Prince, Marie Suzie, dans l’après-midi du mardi 23 août 2022.

Après une journée de bonne plaidoirie à la Cour d’Appel de Port-au-Prince, le Secrétaire Général du Barreau de Port-au-Prince, Robinson Pierre Louis se voit encore dans l’obligation de passer une autre nuit au Pénitencier National.

Contrairement aux informations circulant sur la Toile et qui faisaient croire que l’avocat aurait obtenu une ordonnance de la Cour d’Appel autorisant sa mise en liberté, sont fausses, selon la Bâtonnière qui, elle aussi, s’était laissée duper.

« C’est ce qu’on nous a fait comprendre. Mais c’est faux d’après nos sources de confirmation… », lance la Bâtonnière qui se voit perdre une bataille dans ce dossier.

La vérité est que les juges de la Cour d’Appel ont estimé que l’arrestation du Secrétaire général du Barreau de Port-au-Prince est conforme à la loi, contrairement à ce que disent ses avocats.

Ainsi décidé, la Cour d’Appel au lieu d’ordonner la libération de l’ancien conseiller du ministre de la Justice, ordonne plutôt qu’il soit maintenu en prison.

Robinson Pierre-Louis a été arrêté dans la soirée du 22 juillet 2022, par la Direction Centrale de la police Judiciaire (DCPJ) pour forfaiture, suspicion de corruption, trafic d’influence et association de malfaiteurs, entre autres, dans le dossier de trafic d’armes à la douane de Port-de-Paix.

Il a été dénoncé par l’ancien commissaire du gouvernement de Port-de-Paix, Michelet Virgile comme celui qui a ordonné la libération de deux présumés trafiquants d’armes et de munitions, Fritz Jean Rélus et Jonas Georges au début de mois de juillet 2022.