MSF s’inquiète de sa sécurité en Haïti

Dans un communiqué en date du vendredi 24 février 2023, l’organisation humanitaire, Médecins Sans Frontières exprime ses inquiétudes face au climat d’insécurité qui sévit dans le pays et qui n’épargne pas son personnel, ses patients et ses matériels en Haïti.

Selon Médecins Sans Frontières (MSF), outre des incidents, de graves menaces circulant à son encontre sur les réseaux sociaux, impactent fortement la sécurité de son personnel soignant et des patients pris en charge dans ses structures, alerte l’organisation qui parle de difficulté à délivrer des soins en Haïti.

Une attaque jusque-là, méconnue du grand public, perpétrée sur les installations de MSF, dans la nuit du 23 février 2023, a été mis en exergue par l’organisation pour justifier ses inquiétudes.
Selon MSF, ce jour-là, des hommes armés et cagoulés ont tenté de faire irruption dans l’hôpital de Médecins sans Frontières situé à Tabarre. « Des personnes non identifiées ont pointé leurs armes sur le personnel et donné des coups de crosse sur la porte avant d’essayer d’escalader le mur pour rentrer dans l’enceinte de l’hôpital », explique le communiqué.

Plus tôt, dans la journée du 22 février, les entrées et sorties du centre d’urgence MSF de Turgeau ont été bloquées et une ambulance fouillée. Refusant de déposer les armes, la police est ensuite entrée dans la structure sanitaire pour vérifier l’identité de tous les patients enregistrés.

Quelques semaines avant, le 7 février dernier, un autre incident avait déjà eu lieu, lorsqu’une ambulance clairement identifiée MSF a été arrêtée puis fouillée. Des armes ont été pointées sur les passagers du véhicule pour contrôler leur identité, immobilisant l’ambulance plus de 45 minutes avant de l’autoriser à reprendre sa route, souligne Médecins Sans Frontières.

A cela, il faut ajouter que deux violents affrontements entre groupes armés se sont produits depuis le début de l’année à quelques mètres de l’hôpital MSF situé à Cité Soleil, entraînant la fermeture temporaire des consultations ainsi que l’évacuation momentanée d’une partie du personnel.

Face à ces affrontements répétitifs et inquiétants et le rapprochement de la ligne de front entre groupes armés de l’hôpital, MSF craint de ne plus pouvoir travailler en sécurité pour continuer d’apporter des soins médicaux à la population.

Rappelant qu’il devient de plus en plus difficile, pour l’organisation, de travailler dans ces conditions, MSF souligne que « la récurrence de ces incidents met en danger la sécurité de son personnel soignant et des patients ».

Pour MSF, « ces obstacles répétés à l’encontre des équipes qui circulent à Port-au-Prince pour transférer les patients d’un hôpital à l’autre, ces intrusions violentes dans les structures médicales et les tirs croisés aux portes des lieux de soins menacent gravement la continuité des activités ».

MSF souligne a l’intention de tous, avoir déjà fermé temporairement l’hôpital de Drouillard en avril 2022, a définitivement clos les portes son centre d’urgence à Martissant en juin 2021, ainsi que suspendu son soutien à l’hôpital Raoul Pierre Louis à Carrefour en janvier 2023 pour des raisons sécuritaires.

Samuel Celiné