Img 58534354053525036370412

Le Conseil présidentiel tiraillé par des mains du secteur privé

Alors que le pays sombre dans le chaos, le Conseil présidentiel de la transition appelé à redresser la barre, ne parvient toujours pas à faire signe de vie, 8 jours après la nomination de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Edgard Leblanc Fils comme coordonnateur de la superstructure aux pieds d’argile.

« Pourtant, tous les jours il y a des réunions entre les membres du Conseil présidentiel » : souligne pour Radio graphie un proche de l’un des deux membres observateurs au Conseil présidentiel, visiblement fatigué des tergiversations qui empêchent aux membres de se concentrer sur l’essentiel : la situation délétère du pays.

Selon notre source, le Conseil présidentiel est aujourd’hui prisonnier de la gloutonnerie de quelques têtes du secteur privé haïtien qui commandent l’action des conseillers, à la ficelle.

Pour l’heure, selon notre source, une partie du secteur privé haïtien dicte la loi à la majorité et une autre partie donne la marche à suivre à la minorité.

Ainsi, au sein du Conseil présidentiel, outre des intérêts politiques liés aux prochaines élections, les Conseillers minoritaires ou majoritaires, agissent dans l’intérêt du groupe du secteur privé qui le soutient, souligne notre source.

« Hier, après une réunion, j’ai demandé à un membre observateur, qu’est ce qui a été dit dans l’intérêt du pays ? Il m’a dit qu’il mettra ce point sur la table lors de la prochaine réunion », dévoile notre source.

Samuel Celiné