20220904 132712

Le gang des 400 mawozo fait encore des victimes

Les membres du groupe criminel des 400 mawozo, continuent d’endeuiller les familles haïtiennes en toute impunité.

En effet, des éléments de ce groupe de gangs, ont criblé de balles, le vendredi 2 septembre 2022, une camionnette remplie de passagers provenant de la commune de la Croix-des-Bouquets en direction de Fonds-Parisien, sur la route Nationale numéro 8.
Bilan 3 morts sur le champ et plusieurs blessés, selon des sources bien informées au niveau de Fonds-Parisien.

Des personnes grièvement blessées lors de cette attaque, ont été transporté en urgence dans un hôpital de la zone rapporte le journaliste Ciceron Gilbert, n’écartant pas la possibilité que le bilan s’alourdisse tenant compte de la gravité de la situation de certaines victimes.

Parmi les trois personnes décédées sur le coup lors de cette attaque sanglante, figure un membre de la commune de Fonds-Parisien qui revenait d’une rencontre familiale, précise le leader communautaire qui n’était en mesure d’identifier la provenance des 2 autres victimes.

Cette nouvelle à créer une vague d’indignations chez les membres de la commune de Fonds-Verrettes et de Ganthier qui appellent les forces de l’ordre à assumer leur responsabilité face cette situation.

Les membres du gang des 400 mawozo qui, depuis quelques temps sont l’objet de pourchasse de la part de agents des forces de l’ordre ont abandonné la commune de la Croix-des-Bouquets pour se retrancher dans une localité dénommée Papay dans la commune de Fonds-Verrettes et de Ganthier.

Là-bas, ils instaurent une situation de terreur, compliquant la vie des habitants et de tous ceux qui fréquentent la nationale 8.

Ils procèdent à des fouilles systématiques sur tous les véhicules empruntant cette voie internationale qui relie Haïti et la République Dominicaine, pour dépouiller les passagers.

Fort de cette menace, Ciceron Gilbert invite les autorités policières à prendre des dispositions en vue féliciter la libre circulation au niveau de la route Nationale numéro 8 qui, dit –il, est d’une importance capitale pour les communautés de Malpasse, de Ganthier et de Fonds-Verrettes.
Il faut souligner que ce massacre a été perpétré exactement 14 jours après celui de la Croix-des-Bouquets au cours duquel 6 personnes ont perdues la vie dont 3 membres d’une même famille.