Le gouvernement a 3 jours pour réduire de 40% les prix du carburant

Le Secteur du Transport Terrestre haïtiens (STTH) dénonce la décision du gouvernement qui, à travers les ministères de l’économie et du commerce de soustraire seulement 10 gourdes du prix du carburant sur le marché local tandis que le baril de pétrole diminue de 40% sur le marché international.

Lors d’une conférence de presse tenue, le mardi 18 juillet 2023, cette structure syndicale exige l’application du décret du 09 mai 1995, faisant obligation au gouvernement d’ajuster les prix du pétrole sur le marché local en fonction de la réalité sur le marché international.

En ce sens, le coordonnateur de Front Unifié des Transporteurs et Travailleurs d’Haïti (FUTRHA), Joseph Montès accorde un délai de 72 heures à l’équipe au pouvoir pour diminuer de 40% le prix du carburant dans le pays, assurant que le Syndicat de transport terrestre fera tout ce qui est en son pouvoir pour contraindre le gouvernement à appliquer les exigences du décret.

De son côté, le coordonnateur général de la Force Syndicale pour Sauver Haïti (FOSAH), Jacques Anderson Desroches qui prenait la parole lors de cette conférence de presse soutient que la baisse du prix du carburant sur le marché local relève d’une nécessité dans le contexte actuel. Il estime que cette décision contribuera à la diminution des prix des différents trajets et du coup, des produits de première nécessité.

Pour le syndicaliste l’équipe n’a d’autre choix que de baisser les prix du carburant en fonction du prix du baril sur le marché mondial, appelant à l’aide de la population dans cette perspective.

La diminution du prix du pétrole sur le marché local tel qu’exigé par le Secteur du transport terrestre haïtien (STTH) n’aura aucune incidence sur le processus de subvention ciblée du gouvernement haïtien, indique le coordonnateur de l’APCH, Changeux Méhu qui qualifie d’insulte la décision du gouvernement d’élever seulement 10 gourdes du prix du gallon de la gazoline.

Les dirigeants du secteur du transport projettent de se concerter dans les prochains jours en vue de donner une réponse à l’équipe au pouvoir au cas où cette dernière ne prendrait pas en compte l’ultimatum de trois jours lancé par le secteur.

A titre de rappel, en septembre 2022, lorsque le gouvernement d’Ariel Henry avait augmenté à près de 300% le prix du carburant sur le marché local, le baril de pétrole se vendait environ 124 dollars sur le marché international. Aujourd’hui, le prix chute et avoisine 79 dollars américains.