Fb Img 1656004882073

Faute d’alternative au problème de Martissant, la Police fait encore des promesses dans le sud

L’Inspecteur Général en Chef, Fritz Saint-Fort, le Directeur de cabinet du Directeur Général de la Police, Jacson Hillaire, l’Inspecteur Général, Jean Yonel Trécil et la Commissaire Divisionnaire Ghislaine Désiré, une bonne part du gratin de la PNH était dans le Sud et la Grand’Anse du pays le mardi 21 et le mercredi 22 juin 2022.

C’est le deuxième débarquement de ces hauts gradés dans la péninsule du sud en l’espace d’un mois.

Cependant, loin d’aller présenter les résultats obtenus dans la lutte acharnée qu’ils ont promise de mener contre les gangs armés de Martissant qui assassinent les citoyens et étouffent l’économie du grand sud, les hauts gradés de la PNH, ont été dans la région pour présenter les avancées faites dans le processus visant à doter la Police de matériels devant permettre aux policiers de lutter contre le banditisme.

Le 31 mai dernier, c’était à coup de promesses que ces mêmes têtes, ont maté un mouvement de grève que des organisations, des syndicats et des commerçants du sud avaient prévu de déclencher le 1e juin 2022 contre le mutisme des autorités face à l’insécurité. Lors, ces responsables avaient solicité un délai de 15 jours pour nettoyer Martissant de gangs qui y font la loi.

21 jours après les promesses, les autorités ne sont toujours pas intervenues dans cette partie du territoire abandonnée aux bandits qui pillent, kidnappent, tuent et violent ceux qui osent fréquenter le seul corridor reliant Port-au-Prince au grand sud du pays.

Au contraire, les bandits ont gagné du terrain le 10 juin dernier en chassant juges, commissaire du gouvernement, greffiers, huissiers et policiers du palais de Justice de Port-au-Prince.

Selon une note publiée sur la page Facebook de l’institution, lors de ses interventions, l’Inspecteur Général en Chef, Fritz Saint-Fort avait même fait état du plan opérationnel adopté par le Conseil Supérieur de la Police Nationale afin de mettre un terme au problème de Martissant et a indiqué que le processus de formation des agents pour mettre sur pied une unité anti-gang se poursuit.

 

Samuel Celiné