Le décès de la mambo Euvonie Georges Auguste risque de réveiller un vieux démon dans le vaudou
Euvonie Georges Auguste.

Le décès de la mambo Euvonie Georges Auguste risque de réveiller un vieux démon dans le vaudou

Souffrant d’un cancer du col de l’utérus, la mambo Euvonie Georges Auguste s’éteint le mercredi 23 mars 2022 dans sa résidence privée à Delmas 83, selon les informations communiquées par sa fille Tulie Michelle, quelques heures après le décès.

La disparition de celle qui fut secrétaire générale de la Confédération Nationale des Vodouisants Haïtiens (Konfederasyon Nasyonal Vodouyizan Ayisyen) KNVA en créole et représentante du secteur vodou au sein de la Plateforme Religion pour la paix laisse un vide et risque de plonger le secteur dans le désarroi.

En effet, depuis son lit d’hôpital à Cuba, la personnalité la plus médiatisée du vodou avait pris une série de décisions aptes à déranger certains membres du secteur.

Selon le hougan Alix E. Compas qui se présente comme l’avocat responsables des affaires politiques et juridiques au sein de la KNVA, la mambo les aurait demandé de garder ces décisions secrètes afin qu’elle puisse, elle-même, les faire appliquer après sa sortie de l’hôpital.

Un « Ati national » destitué

Face à la tendance de morcellement de la KNVA, la plus importante organisation de vodouisants du pays et l’outil de la lutte ayant conduit en 2003 à la reconnaissance du vodou comme religion en Haïti, l’ancienne secrétaire générale de la confédération avait accepté une résolution réclamant la destitution de Carl Henry Desmornes comme « Ati national », le chef suprême du vodou en Haïti.

Les signataires de cette pétition estiment, que l’actuel Ati national Carl Henry Desmornes, « n’a ni dimension mystique ni capacité intellectuelle pour mener le secteur du vodou à bon port. C’est un homme personnel qui ne voit que tête », dévoile Alix E. Compas.

Euvonie Georges Auguste soutenait cette idée de destitution de l’ « Ati national » et rappelle souvent aux membres du « servitoriat », ses plus proches collaborateurs que « Carl Henry Desmornes n’est qu’un parachuté au sein de la confédération et qu’il lui manque de dimensions pour mener sa mission », crache l’avocat et hougan Alix E. Compas.

Dans la résolution visant la destitution de l’Ati Carl henry Desmornes, la confédération Nationale des Vodouisants Haïtiens (KNVA), avait déjà choisi Jean Wesner Demostherne comme celui qui devrait remplacer Carl Henry Desmornes à titre d’ « Ati » provisoire.

Cette résolution qui, selon Alix E. Compas, a été votée à l’unanimité par les représentants de tous les départements du pays et de la diaspora, sera bientôt appliquée contre la présence de Carl Henry Desmornes à la tête du vodou, indique l’avocat.

Contacté, l’ « Ati national» Carl Henry Desmornes, indique n’avoir pas été au courant de l’existence d’une telle résolution.

Carl Henry Desmornes rappelle, au contraire que l’avocat Alix E. Compas n’a aucun droit de parler au nom de la Confédération Nationale des Vodouisants Haïtiens, puisqu’une note officielle signée par les responsables de la KNVA stipule depuis environ 1 an : « qu’en aucun cas, Alix E. Compas n’est autorisé à parler au nom de la confédération ».

Face à cette confrontation, depuis son « Royaume Vodou Haitien», le roi Augustin Saint- Clou dit : « flaire mystiquement un vent de discorde au sein du vodou ».

Retour du vieux démon

Le vodou haïtien, depuis sa reconnaissance comme religion par la loi du 4 avril 2003, a déjà souffert des affres de la division malgré les efforts d’Euvonie Georges Auguste qui a su instaurer un « vodou organisé » dans le pays, à travers la KNVA.

Elevé au rang de chef suprême du vodou avec le titre d’ « Ati national », le vendredi 7 mars 2008, le hougan et chimiste de formation, Max Gesner Beauvoir, décède le 12 septembre 2015, laissant un vent de division dans le secteur.

En effet, si l’élévation de Max Beauvoir avait été acclamée par tout le secteur, la désignation de son successeur a suscité des désaccords lorsque, le hougan Augustin Saint- Clou s’était présenté comme celui qui a été choisi par Max Gesner Beauvoir pour le remplacer après sa mort.

Ce choix a été contesté par une bonne partie du secteur, notamment la ( Konfederasyon Nasyonal Vodouyizan Ayisyen) KNVA que dirigeait Euvonie Georges Auguste.

Depuis, la KNVA reconnait le prêtre du vaudou, Carl Henry Desmornes comme le nouveau « Ati national », et Agustin Saint- Clou s’est taillé un nouveau titre de « roi du vodou haïtien » qui lui permet, selon ses dires, de diriger aujourd’hui 305 organisations vodou et 3800 sociétés.

Du haut de son trône à l’ancien hôtel Domaine idéal dans la zone d’Arcachon 32 à Carrefour, le roi Augustin Saint- Clou se dit hanter par l’idée de revivre la division du secteur après le décès d’Euvonie Georges Auguste, comme ce fut le cas après le départ Max Gesner Beauvoir en 2015.

Pour éviter les erreurs du passé, le dissident d’autrefois, prêche la solidarité au sein de la KNVA pour éviter tout nouveau schisme dans le secteur.

Cette peur de voir le vodou déchiré avec le décès de celle qui a pu réunir ce secteur sous le drapeau de la KNVA, est pourtant loin d’être une préoccupation pour l’« Ati national », Carl Henry Desmornes.

« On pourrait parler de division si chacun, en entrant dans sa péristyle, pouvait invoquer un loas différent. Comme nous servons tous les mêmes loas, il n’y aura jamais de division dans le secteur », enchaine Carl Henry Desmornes avant de conclure que les « loas » ne laisseront pas faire une telle chose.

A l’opposé de l’optimisme de l’ « Ati national », le hougan Alix E. Compas, révèle que la KNVA fonctionne déjà à l’image du pays et se trouve morceler par des intérêts de groupe.