Rivière massacre : Ariel Henry appelle Luis Abinader à mettre de l’eau dans son vin

Pour attirer la sympathie des autorités haïtiennes dans son bras de fer avec les citoyens haïtiens autour de la prise sur la rivière massacre, le président dominicain, Luis Abinader avait expliqué, sur la tribune des Nations Unies, mercredi dernier, que l’initiative des Haïtiens visant à construire un canal d’irrigation sur la rivière massacre est l’œuvre « des acteurs incontrôlables entretiennent l’insécurité en Haïti pour défendre leurs intérêts personnels et qui conspirent désormais contre la stabilité du gouvernement haïtien et la stabilité des ressources en eau ».

Son coup n’a pas eu l’effet escompté sur le Premier ministre haïtien, Ariel Henry qui, sèchement a craché la vérité à Luis Abinader en se positionnant aux côtés des initiateurs du projet.

« Haïti réaffirme son droit souverain d’exploiter les ressources hydriques binationales comme le fait la République dominicaine et revendique une répartition équitable des eaux de cette rivière », lance le chef du gouvernement haïtien à la tribune des Nations Unies, dans l’après-midi du vendredi 22 septembre 2023.

Comme pour rappeler au monde entier que la République dominicaine s’est écartée des principes établis entre les deux pays, Ariel Henry brandit les instruments juridiques signés en 1929 et en 2021 et appelle les autorités dominicaines à la négociation sur la base de ces instruments.

Et si le président Abinader veut entendre encore la raison, Ariel Henry lui conseille à « ne pas réveillé les vieux démons, ressuscité d’anciennes blessures ni en causé d’autres » entre les deux peuples, précisant que « la République d’Haïti n’est en guerre avec personne ».

Samuel Celiné