Le CARDH dresse le bilan du premier mois de « Bwa Kale »

Le CARDH dresse le bilan du premier mois de « Bwa Kale »

Dans un rapport en date du vendredi 26 mai 2023, le Centre d’Analyses et de Recherches en Droits Humains révèle que le mouvement de justice populaire dénommé « Bwa kale » a dé coûté la vie à 160 membres de gangs, sur la période allant du 24 avril au 24 mai 2023.

Selon le CARDH, ce mouvement déclenché par des membres de la société en réaction à la violence instaurée par les membres des gangs armés a des incidences sur le phénomène de l’insécurité, notamment le kidnapping.

Dans ce rapport, l’organisation souligne que le département de l’Ouest concentre le plus grand nombre d’exécution de présumés bandits avec un totale de 134 cas soit 83.75%, alors que les départements du Centre et de l’Artibonite comptent respectivement 5 et 5 cas de « Bwa Kale ».

Ce mouvement, selon le CARDH, a permis une diminution plutôt significative des cas d’enlèvements dans le pays.

Le CARDH dit avoir constaté aussi une baisse des cas d’assassinats et de viols au cours de cette période marquée par 129 assassinats contre 146 enregistrés pendant les 23 premiers jours du mois d’avril.

Loin de rejeter la pratique du « Bwa Kale », le CARDH appelle à un encadrement de la justice populaire pour étouffer dans l’œuf toute éventuelle réaction des gangs armés qui, comme un animal blessé, pourraient avoir des répliques bien inhumaines.