Quand le chef de la police présente son bilan sur fond d’insécurité.

Quand le chef de la police présente son bilan sur fond d’insécurité.

C’est un exercice difficile auquel s’adonne le chef de la police, Frantz Elbé, ce lundi 9 mai 2022: présenter le bilan de ses réalisations pendant les 6 derniers mois, dans un pays où la guerre entre gangs et le kidnapping sont devenus monnaie courante.

Dans la peau d’un vainqueur, le directeur général de la PNH a bien voulu se pavanner au milieu de ses trophées, une vingtaine de véhicules qu’il présente comme avoir été saisies des mains des bandits.

Autres prises de guerre: 234 armes à feu, 25 kilos de cocaïne, 78 520 dollars américains et 34 millions de gourdes. Pour parvenir à ce bilan, la PNH a dû arrêter 4998 individus et stopper 94 bandits.

Trophées en main, Frantz Elbé présente la motivation constatée au niveau de la base et l’unité existant au niveau du haut commemdement de la PNH comme condition sine qua non aux résiltats d’aujourd’hui.

Il veut pour preuve, l’intervention de la police qui a su mettre un terme à la guerre des gangs à la plaine du cul-de-sac.

Comme bilan des opérations: 54 arrestations, 16 armes à feu saisies, plusieurs morts dans les rangs des bandits, 7 véhicules et plusieurs motocyclettes  saisies contre 3 policiers blessés.

Loin de dormir sur ses lauriers, Frantz Elbé qui se vante d’une baisse des cas de kidnapping dans le pays, annonce que des dispositions sont prises pour permettre à la police de répondre à sa mission de protection de la population.

Pour cela, le DG fait appel au gouvernement et aux partenaires internationaux pour garantir de meilleures conditions de travail aux policiers, pourvoir à leur formation continue et renforcer la capacité opérationnelle de la PNH en dotant les unités spécialisées et les brigades d’intervention des differents commissariats, d’équipements spéciaux.

Et pour encourager les policiers engagés sur le terrain à ne pas baisser la garde, Frantz Elbé dévoile avoir déjà travaillé sur les indemnisations et a proposé au gouvernement les traitements à donner aux policiers victimes lors des opérations et des ayant droits des policiers tués dans leur travail.

Parallellement, Frantz Elbé annonce que des mesures d’assainissement sont prises au sein de la PNH pour stopper l’hémoragie des “chèques zombis”.

Ainsi, en renvoyant 1013 policiers et et 174 employés administratifs pour cause d’abandon de poste notamment, la PNH a su retourner au ministère de l’Économie et drs Finances 5622 chèques totalisant environ 108 millions de gourdes et 1313 carte de débit totalisant environ 158 millions de gourdes.

Ces fonds seront utilisés pour augmenter les primes de risque des unités spécialisées et des brigades d’intervention des commissariats aux dires de Frantz Elbé.

Frantz Elbé s’est adressé à la presse à la direction générale de la PNH à Clercine 16 dans la plaine du cul-de-sac où des nombreux citoyens peinent à rejoindre leurs maisons à cause d’une situation de conflit entre gangs armés.

Le dimanche 8 mai, 1 jour avant l’intervention de Frantz Elbé, un autobus assurant le trajet Haïti/ République Dominicaine a été détourné au nivau de la plaine du cul-de-sac avec 12 passagers dont 8 turcs, 1 dominicain et 3 haïtiens à bord.

Pour la même journée du dimanche, on signale 3 cas de kidnapping dans les hauteurs de Pétion-Ville qui a été jusque-là, épargnée par les activités des gangs armés.

À l’entrée sud de la capitale où des gangs armés imposent leurs lois depuis près d’un an, les bandits s’adonnaient ce lundi matin, à piller les autobus qui fréquentaient la zone de Martissant.